qualité de service des fonctionnaires

De iconomie
Aller à : navigation, rechercher

Le mérite des fonctionnaires de la ville de Suresnes est jugé sur la base de l'assiduité, de l'adaptation au changement, de la prise d'initiatives et du respect des délais. Pour les encadrants, aussi, les critères de l'évaluation ont été affinés : conduire le changement, maintenir une attitude contrôlée et positive en toutes circonstances mais aussi agir pour prévenir l'absentéisme. Simultanément, pour éviter qu'un manager n'achète la paix sociale en attribuant de bonnes notes à l'ensemble de ses troupes, il est lui-même noté sur sa capacité à sanctionner positivement ou négativement.[1].

Ce principe de la rémunération au mérite a été adopté par l'Allemagne dès 1997, où il est possible d'octroyer un bonus s'élevant au maximum au salaire de base ainsi que des primes mensuelles à hauteur de 7 % de ce salaire[2]. Plus de la moitié des personnes interrogées (52%) serait prête à travailler plus si elle obtenait un complément de salaire. Ce principe pose cependant le problème de sa mise en oeuvre. Au Danemark, en Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis, la grande majorité des employés du secteur public (58%) ne voit aucune corrélation entre travail effectué et prime obtenue, et plus de la moitié des personnes interrogées (56%) n’est pas d’accord avec le processus de répartition des primes. Cette position négative n’est pas étonnante puisque presque 40% ne savent pas exactement ce qu’il est attendu d’eux.

En fait, les résultats escomptés ne peuvent être atteints que lorsque des objectifs clairs et mesurables sont définis. Cela rend nécessaire un consensus préalable sur la signification du mot rendement. Il est également important que le but des prestations fournies soit déterminé de manière individuelle, pour que les plus faibles aient une chance de recevoir une prime lorsque leur rendement augmente. La transparence du système de rémunération est garantie lorsque chacun voit la relation entre le travail et le salaire au rendement, chaque employé devant comprendre pour quel travail il est récompensé[3].

Références

  1. MARIE-SOPHIE RAMSPACHER. Suresnes rémunère ses agents au mérite. Les Echos, 2/11/15
  2. Gérard Braun. Etude comparative portant sur la réforme de l'Etat à l'étranger. Rapport au Sénat, 2001
  3. Rolf Widmer et al. Les salaires (au mérite) dans le secteur public. La Vie économique Revue de politique économique 3-2001