métadonnées de l'open data

De iconomie
Aller à : navigation, rechercher

Pour améliorer l'utilité des informations numériques, le Ministère veut aussi développer des métadonnées de sécurité, de traçabilité et de gestion temporelle.

La donnée isolée ne présente en effet que peu d'intérêt en tant que telle. Sa véritable valeur dérive de son agrégation, de son recoupement, de son analyse et de la réutilisation qui en est faite[1]. Pour réutiliser des données, il est nécessaire de savoir qui les a produites, dans quel contexte et avec quel degré d'expertise, à quel moment, si elles ont été mises à jour ou au contraire s'il existe un risque d'obsolescence, etc. L'ensemble de ces informations qui permettent la traçabilité des données sur laquelle repose la confiance sont désignées par le terme d'« informations de provenance »[2].

Ce n’est pas son volume que l’Open data apporte par exemple au Big Data mais la fiabilité : les données publiques deviennent des données de référence. Pour la startup en stratégie électorale LMP,qui développe des modèles prédictifs, les données fournies par l’INSEE sont ainsi un carburant indispensable à son activité[3].

Pour enrichir les données, il est également souhaitable qu'elles soient interopérables. Un des intérêts du Big Data est le croisement de données. Il serait par exemple intéressant de regarder la relation entre le nombre d’accidents de la route et l’usage des transports publics dans un secteur donné pour observer s’il existe un lien de causalité entre les deux éléments. Si ces deux jeux de données disposent d’infrastructures différentes, il est impossible d’étudier cette relation en temps réel. Le grand défi à relever pour que la révolution du Big Data réponde à ses promesses est de trouver une architecture interopérable à travers notamment l’adoption de normes communes. L’Organisation internationale de la normalisation (ISO) et plus particulièrement le Comité Technique Commun sur les technologies de l’information (JTC1) est en train de dresser un état des lieux afin d’avancer des solutions sur cette question[4].
  1. Ministère de la Culture. Feuille de route stratégique. Métadonnées culturelles et transition web 3.0. p.9
  2. Ministère de la Culture. Feuille de route stratégique. Métadonnées culturelles et transition web 3.0. p.29
  3. G9+. Big data, l'accélérateur d'innovation. Décembre 2014, p.34
  4. G9+. Big data, l'accélérateur d'innovation. Décembre 2014, p.35