Summer Camp de l'Iconomie

De iconomie
Aller à : navigation, rechercher

Projet de webinaires de l'Institut de l'Iconomie


Objectifs

  • soutenir la dynamique de nos travaux de prospective
  • les enrichir avec les sondages en ligne, qui permettent de mesurer et documenter la conviction d’un auditoire averti face à nos prédictions
  • augmenter notre contenu éditorial et notre communication
  • faciliter les partenariats
  • explorer une méthode avancée d’intelligence collective


Contenu

  • série de webinaires
  • 4 intervenants et 8 prédictions par webinaire
  • fond : prédictions au meilleur niveau de l'art de la prospective
  • forme : en référence à nos interventions sur Xerfi Canal

Format

  • Webinaire Zoom
  • 4 intervenants, dont un animateur
  • audience élargie à l’Institut de l’Iconomie et ses invités
  • durée 1h, entre midi et 13h
  • fréquence hebdomadaire
  • un sujet par webinaire
  • prises de paroles :
    • 10 secondes d’introduction par l’animateur puis
    • 4 x 5 secondes pour se présenter puis
    • 4 x 4’ pour défendre une prédiction personnelle puis
    • 4 x 3’ pour analyser la prédiction d’un tiers, choisie au préalable avec l’animateur puis
    • 12’ pour les Q/R choisies par l’animateur dans la discussion puis
    • 30 secondes de conclusion par l'animateur
  • sondages en ligne (QCM) sur les 4 + 4 prédictions pendant le webinar
  • première réunion le 1er juillet à 12h

Organisation

Résumé

  • en amont, chaque intervenant prépare le texte de ses interventions et les 2 sondages
  • l’animateur, en plus de ses interventions, lance les sondages, distribue les Q/R, enregistre le webinar sur son ordinateur et le diffuse ensuite sur Youtube
  • en aval, le contenu video + textes + sondages est diffusé par nos canaux de communication habituels (rapports, presse, web)

Préparation

  • J-15 : l'animateur fédère 3 autres intervenants et explique le fonctionnement
  • J-10 : les 4 intervenants indiquent chacun leurs 2 prédictions (une prédiction personnelle + une prédiction d'un tiers)
  • J-8 : l'animateur organise la répétition générale. Cette réunion Zoom permet de vérifier la qualité technique (connexion, cadrage, décor, prise de son). Répéter l'enchaînement des textes, les transitions, le lancement des sondages.
  • J-7 : l'animateur envoie un mailing à ses invités
  • J-6 : les intervenants et l'Institut de l'Iconomie relaient plus largement cette invitation
  • J-5 : les intervenants font circuler leurs textes et sondages entre eux pour en améliorer la qualité
  • J-4 : l'animateur compile les textes et questions dans un document unique, en soignant les transitions pour éviter les cafouillages

Vérifications

Fond

  • Les prédictions sont-elles conformes à l'art de la prospective, en particulier dessinent-elles un scénario d'avenir en l'argumentant ?
  • Ces prédictions sont-elles vérifiables ex post ?
  • N'enfoncent-elles pas des portes ouvertes ?
  • Ne sont-elles pas contradictoires entre elles ?
  • Sont-elles en ligne avec le thème du webinaire ?
  • Sont-elles conformes à la mission de l'Institut de l'Iconomie : "éclairer les dirigeants" ?
  • Les prédictions tierces sont-elles faites par des personnalités ou des institutions reconnues ?
  • Le thème est-il correctement traité par l'ensemble des huit prédictions ?

Forme

  • Le temps de dictée est-il dans le format défini (4' + 3') ?
  • Le texte commence-t-il par l'énoncé de la prédiction ?
  • Se termine-t-il par une question sur la crédibilité de cette prédiction ?
  • Le texte est-il compréhensible par l'auditoire visé (lecteurs des Echos) ?
  • La question (unique) du sondage est-elle légitime, intéressante, sincère et facile à comprendre ?
  • Le choix multiple de la réponse (unique) n'est-il pas biaisé ?

Résolution des problèmes classiques

L'avenir est unique, et les contradictions finiront par se résoudre dans le réel. L'art de la prospective consiste à imaginer au moins un scénario possible entre les impossibles de nos certitudes.

  • Prédictions contradictoires entre elles -> les reformuler pour réduire leur portée, les inscrire dans un calendrier différent, trouver la synthèse
  • Prédictions non vérifiables ex post -> les préciser et dater
  • Prédictions banales "après la pluie le beau temps" -> à éliminer

Enregistrement

  • M-15 : les intervenants se connectent au webinaire pour les dernières vérifications techniques
  • M-5 : accueil des participants
  • M : lancement de l'enregistrement par l'animateur sur son ordinateur
  • M+40 : fin de l'enregistrement

Package de communication

  • J+1 : l'animateur poste l'enregistrement sur Youtube, et envoie à l'Institut de l'Iconomie le lien Youtube + la compilation des textes + les résultats des 8 sondages

Sujets

  • 1er Juillet : les crypto-monnaies souveraines
  • Etats-Unis vs. Huawei. Qui va l’emporter ?
  • LBO, blanchiment, fraude fiscale. La prédation a-t-elle de l’avenir ?


Modèles

Prédictions

Extraites du Rapport de l'Institut de l'Iconomie Libra et l'Economie du Token

  • fin 2020, Facebook rémunèrera des données
  • début 2021, Facebook rémunèrera des contributions
  • mi-2021, 2 milliards d'utilisateurs accéderont aux monnaies numériques
  • en 2022, l'économie du token fera vivre des millions de professionnels
  • en 2023, les micro-paiements, micro-valeurs et tokenisme révèleront de nouvelles richesses
  • en 2024, les tera-marchés se partageront le monde économique
  • en 2025, les crypto-monnaies prendront leur indépendance
  • en 2026, l'économie du token relancera le rêve européen
  • en 2027, la science économique se réinventera
  • en 2028, les Etats reprendront le contrôle sur les crypto-monnaies

Textes du webinaire

Intervenants

• Vincent Lorphelin, animateur (VL) • Michel Volle (MV) • Nathalie Janson (NJ) • Pascal Ordonneau (PO)

Introduction

VL: 8 prédictions sur les crypto-monnaies souveraines. Nous argumentons, vous votez. Je suis Vincent Lorphelin, Conseil en Stratégie et brevets d'usage, et co-Président de l'Institut de l'Iconomie.

MV: Je suis Michel Volle, Economiste et co-Président de l'Institut de l'Iconomie

NJ : Je suis Nathalie Janson, (à compléter)

PO: Je suis Pascal Ordonneau, (à compléter)

Prédiction 1

Ma première prédiction : "La guerre froide des brevets des crypto-monnaies va éclater avant la fin de l’année" (395 mots, 4 minutes)

Pendant le vote du plan d’urgence Covid-19 américain, les Démocrates ont voulu lancer immédiatement le « Dollar Digital », avant d’y renoncer. Cette nervosité pourrait sembler anecdotique, elle révèle pourtant une nouvelle grande zone de conflit entre les Etats-Unis et la Chine. Le Dollar Digital est la version électronique du billet de banque, téléchargeable et échangeable entre téléphones. Contrairement à Paypal et aux neo-banques, il ne nécessite pas de compte bancaire et il est échangeable gratuitement en monnaie-papier. Contrairement à Libra, le projet de crypto-monnaie de Facebook, il est garanti par l’Etat. Pourquoi cette précipitation des Démocrates ? Parce que le Yuan Digital, préparé depuis cinq ans, est prêt. Paradoxalement, c’est Libra qui a réveillé la prise de conscience de l’immensité des enjeux : les monnaies digitales menacent l’équilibre des blocs monétaires dans le monde. Or la Chine, qui dénonce depuis longtemps le pouvoir extraterritorial démesuré du dollar, veut utiliser le crypto-yuan pour étendre son influence sur la route de la soie. C’est ce qui explique la convulsion des Démocrates. Dès le lendemain, un journal chinois indique opportunément qu’Alipay dispose de 5 brevets sur les crypto-monnaies. Alipay est le système de paiement fondé par Alibaba, sous licence de la banque centrale et utilisé sur un milliard de téléphones chinois. Le Financial Times avait déjà repéré que cette banque centrale contrôlait 84 brevets. En fait, les banques nationales chinoises disposent ensemble de 200 brevets, auxquels s’ajoutent les 700 brevets d’Alibaba et Tencent, qui a lancé son concurrent Wechat Pay. En comparaison, les Etats-Unis ne pèsent pas lourd, et devront négocier la protection d’IBM et ses 300 brevets. Avec son maigre portefeuille de 60 brevets, l’Europe est hors jeu. La guerre des brevets du smartphone, pendant la décennie 2010, fait figure de prototype miniature du conflit qui gronde. On se souvient qu’Apple a révolutionné le marché lorsqu’il a lancé l’iPhone. Samsung, qui était jusqu’alors le leader de ce marché, pensait que sa position dominante ne serait pas contestée. Autour d’Apple et Samsung, des centaines d’entreprises technologiques ont été entraînées dans la tourmente et condamnées en milliards de dollars, jusqu’à redessiner entièrement les frontières du secteur.

(lancer sondage 1)

Cette fois, il s’agit non seulement d’un enjeu sectoriel stratégique, celui de la banque commerciale, mais aussi de la souveraineté monétaire et technologique des Etats. Les brevets seront les missiles de cette nouvelle guerre froide, qui va éclater avant la fin de l’année.

Croyez-vous à ma prédiction ? Si vous m'écoutez en direct, c'est à vous de voter maintenant au sondage n°1. Je laisse la parole à Michel Volle.

Sondage 1

Question : Croyez-vous qu’une guerre froide des brevets sur les crypto-monnaies va éclater avant la fin de l’année ?

Choix multiple : oui / oui, mais en 2021 / oui, mais après 2022 / je ne sais pas / non, la tension sera passagère / non, ce ne sera pas un enjeu significatif / non

Prédiction 2

MV : Ma prédiction, c'est que la monnaie informatisée s’imposera par sa commodité

(360 mots, 4 minutes)

Certains estiment que seuls les États peuvent garantir la fonction fiduciaire de la monnaie. La garantie d’un État n’a pourtant jamais suffi pour empêcher une crise monétaire comme en Allemagne en 1923 ou en Argentine à la fin des années 1980. L'histoire invite à considérer la monnaie comme un outil dont la commodité fonde l'usage général et inspire la confiance. Dans l’ancien régime la livre, monnaie de compte, était définie par le Roi de France comme équivalente à un poids d’argent qui valait onze fois moins que l’or de même poids. Les prix étaient exprimés en livres mais il n’existait pas de monnaie marquée « livre » : il fallait trouver dans les pièces le poids d’argent ou d’or nécessaire pour payer. Un changeur les pesait et appréciait si la monnaie de paiement atteignait le chiffre fixé en monnaie de compte. Le fait qu’une pièce ait été émise par tel ou tel souverain n’avait pas d’importance : seul comptait le poids de métal précieux qu’elle contenait. Le lien entre monnaie et souveraineté était donc ténu.

Chaque agent économique tient compte intuitivement de l'incertitude de ses revenus et besoins futurs. Il désire de la monnaie parce qu’elle est essentiellement liquide, immédiatement disponible pour répondre aux accidents de la vie et saisir des opportunités : cela la distingue des autres actifs, dont la liquidation suppose une démarche longue (pensons à la vente d’un appartement).

La qualité fiduciaire d’une monnaie dépend donc de la commodité qu’elle procure aux transactions (rapidité, modicité ou absence des frais, certification, enregistrement comptable, sécurité, etc.).

L’informatique met l’ingéniosité des algorithmes et la puissance des processeurs au service de la monnaie : enregistrement sécurisé des transactions avec la blockchain, transparence des comptes, virements d’un montant minuscule sans frais, gestion de « tokens » porteurs d’une éventuelle valeur future, etc.

(lancer le sondage n°2)

Les chambres de compensation, le réseau Swift, la tenue des comptes et le paiement par carte n’ont fait qu’informatiser les fonctions traditionnelles de la monnaie. La blockchain a inauguré un monde d'algorithmes qui offre la possibilité d'une monnaie pleinement informatisée. Contrairement à l’adage « la mauvaise monnaie chasse la bonne », la monnaie la plus commode chassera les instruments moins efficaces.

Croyez-vous à ma prédiction ? C'est à vous de voter maintenant au sondage n°2. Je laisse la parole à Nathalie Janson.

Sondage 2

Question : Croyez-vous que c'est la commodité qui fera accepter les crypto-monnaies et non la garantie de l'Etat ?

Choix multiple : Oui / Oui, mais à condition que les États soient d’accord / Je ne sais pas / Non, les États s’y opposeront / Non, il faut la garantie d’un État souverain / Non

Prédictions, Sondages 3 et 4

(à compléter)

Prédiction 5

La prédiction 5 a été faite par David Marcus, co-Fondateur de Libra, la crypto-monnaie de Facebook : « Les crypto-monnaies vont permettre de l’innovation autour de l’argent programmable. »

(322 mots, 3 minutes)

Pour David Marcus, les crypto-monnaies ne sont pas une simple amélioration de Paypal ou de Facebook Pay. Elles vont faire éclore de nouveaux services d’argent programmable. Pour emprunter 100 euros et rembourser toutes les semaines, acheter une place de concert à condition qu’un ami vienne, vendre ses data de santé anonymisés, louer la nuit la capacité de calcul de son ordinateur, être rémunéré pour ses photos de monuments ou faire une heure de télésurveillance. Cette petite économie va rapidement se développer avec la traction du paiement par mobile, des data et du travail free-lance en ligne, qui représentent déjà 2000 milliards de dollars. Elle va aussi solvabiliser l’achat d’une musique en un clic et la rémunération des likes utiles, valoriser les actifs non marchands comme les étoiles d’un restaurant, le certificat d’énergie verte, la garantie de provenance d’un produit artisanal ou la contribution à un projet de film.

Aucun de ces nouveaux services n’est encore utilisé par le grand public, qui n’en a entendu éventuellement parler qu’à l’occasion de la bulle des crypto-monnaies. Comme lors de la préparation du smartphone, l’effervescence est souterraine et les applications semblent abstraites. Comment présentait-on le smartphone avant son arrivée ? « Une galerie de services de mobilité permis par le GPS et l’écran tactile », ce qui ne donnait qu’une vague idée comparée à la compréhension immédiate lors de sa prise en main. Comment présenter l’argent programmable ? Grâce à la blockchain et à l’intelligence artificielle, il s’agit de reconnaître ou récompenser équitablement chaque micro-contribution à la mission d’une communauté. C’est l’économie du flocon de neige, dont le nombre finira par blanchir le paysage.

(lancer sondage 5)

Or, qui serait le mieux positionné pour organiser cette économie si ce n’est Facebook, premier réseau social du monde ? C’est donc là qu’est le véritable enjeu de Libra pour Facebook, qui va concentrer tous ses efforts non pas pour concurrencer les monnaies souveraines, mais pour faire émerger ces innovations autour de l’argent programmable.

Croyez-vous à la prédiction de David Marcus ? C'est à vous de voter maintenant. Je laisse la parole à Michel Volle.

Sondage 5

Question : Pensez-vous que les services d’argent programmable seront accessibles au grand public dès 2021 ?

Choix multiple : Oui / Oui, mais en 2022 / Oui, mais après 2023 / Je ne sais pas / Non, le cadre réglementaire ne sera pas prêt avant plusieurs années / Non, les risques sécuritaires sont trop élevés / Non

Prédiction 6

La prédiction 6 a été faite par Nicholas G. Carr : « Companies will fulfill their IT requirements simply by purchasing fee-based “Web services” from third parties » (Nicholas G. Carr, « IT doesn’t matter », Harvard Business Review, mai 2003)

(396 mots, 4 minutes)

Nicholas Carr a prédit que l’informatique deviendrait un produit banal qui s’achète sur étagère, une « commodité » sans importance : il disait « IT doesn’t matter ». La puissance qu’ont acquise les GAFAM suffit pour le contredire : les entreprises qui n’auront pas su s’informatiser disparaîtront et plus généralement les pays qui n’auront pas su s’informatiser n’auront plus aucune influence dans le concert des nations.

Rappelons ce qui s’est passé au XIXe siècle. En quelques décennies la Grande-Bretagne est devenue la puissance dominante parce qu’elle avait su la première maîtriser la mécanique et la chimie : les armes qu’elles procuraient lui ont permis, lors des guerres de l’opium, de vaincre la Chine qui avait été jusqu’alors la première puissance mondiale.

Les techniques fondamentales sont aujourd’hui celles de la microélectronique, du logiciel et de l’Internet : la mécanique, la chimie, l’agriculture, l’énergie s’informatisent. La nation qui maîtrisera le mieux ces trois techniques et qui saura les utiliser efficacement dominera le monde. C’est l’ambition de la Chine et c’est pourquoi elle investit massivement dans ces techniques comme dans l’art de leur utilisation : toutes ses grandes entreprises ont misé sur l’informatique.

Aucun projet de crypto-monnaie souveraine, par exemple, ne pourra réussir sans la maîtrise des techniques informatiques les plus avancées (processeurs multi-cœurs, programmation parallèle, etc.) et sans l’intelligence de leur mise en œuvre.

En France la classe dirigeante, experte dans l’art de la parole, méprise tout ce qu’elle juge « technique » et ignore l’informatique : elle parle abondamment du « numérique », mot vide de sens, et se laisse fasciner par les chimères qu’évoque l’expression « intelligence artificielle ».

Notre pays ne pourra conserver son droit à la parole dans le concert des nations que s’il prend conscience de la transformation que l’informatisation apporte dans la définition des produits et des compétences, dans l’ingénierie de la production, la forme de la concurrence et celle du travail humain. À défaut d’être un informaticien, tout dirigeant devra avoir une intuition exacte de l’informatique, une culture de l’informatisation.

(lancer le sondage 6)

Sinon la France sera colonisée par les nations qui auront su s’informatiser efficacement. Comme la monnaie est le cœur de l’économie, les nations qui auront su l’informatiser disposeront d’un levier considérable sur notre souveraineté : ce ne sera en rien une « commodité » sans importance. Le monde sera alors plus pauvre et plus terne, car la France ne pourra plus faire rayonner les valeurs de notre République.

Croyez-vous à la prédiction de Nicholas Carr ? C'est à vous de voter maintenant. Je laisse la parole à Nathalie Janson.

Sondage 6

Question : croyez-vous que les crypto-monnaies sont un produit banal ou un enjeu de colonisation ?

Choix multiple : Oui / Oui, mais la France a pris trop de retard / Oui, mais il faut surtout se soucier de l’environnement et du social / Je ne sais pas / Non, car ce n’est que de la technique / Non, il nous faut plutôt une décroissance / Non

Prédictions, Sondages 7 et 8

(à compléter)

Questions-Réponses

VL : Nos prédictions sont terminées et les votes seront cloturés dans quelques instants. Je laisse la parole à Nathalie Janson pour distribuer les questions que vous avez posées pendant nos interventions.

(Nathalie Janson sélectionne les questions dans l'onglet de discussion et les distribue aux intervenants. Quelques questions ont été préparées par avance en cas de trou)

VL (reprise de parole à 12h40): Voici ce que nous pouvions dire aujourd'hui en 8 prédictions sur les crypto-monnaies souveraines.

(fin de l'enregistrement)

Conclusion

Merci à tous d'avoir participé à notre webinaire, vous pouvez indiquer par mail si vous souhaitez être invité à la prochaine session. A bientôt !

(fermeture de la session)

Mail de sollicitation d'intervenants

Objectifs

  • soutenir la dynamique de nos travaux de prospective
  • les enrichir avec les sondages en ligne, qui permettent de mesurer et documenter la conviction d’un auditoire averti face à nos prédictions
  • augmenter notre contenu éditorial et notre communication
  • faciliter les partenariats
  • explorer une méthode avancée d’intelligence collective


Format webinar (Zoom)

  • 4 intervenants, dont un animateur
  • audience élargie à l’Institut de l’Iconomie et ses invités
  • de 12h à 12h40
  • fréquence hebdomadaire
  • un sujet par webinar
  • prises de paroles :
    • 10 secondes d’introduction par l’animateur puis
    • 4 x 10 secondes pour se présenter puis
    • 4 x 4’ pour défendre une prédiction personnelle puis
    • 4 x 3’ pour analyser la prédiction d’un tiers
    • 12’ pour les Q/R choisies par l’animateur dans la discussion puis
    • 10 secondes de conclusion par l'animateur
  • sondages en ligne (QCM) sur les 4 + 4 prédictions pendant le webinar
  • première réunion le 1er juillet à 12h


Organisation

  • en amont, chaque intervenant prépare le texte de ses interventions et les 2 sondages
  • l’animateur, en plus de ses interventions, lance les sondages, distribue les Q/R, enregistre le webinar sur son ordinateur et le diffuse ensuite sur Youtube
  • en aval, le contenu video + textes + sondages est diffusé par nos canaux de communication habituels (rapports, presse, web)

Mail de réunion de répétition

Nous enregistrons notre webinaire de l’Iconomie ce mercredi 1er juillet de 12h à 12h 40, qui aura pour thème « 8 prédictions sur les crypto-monnaies souveraines ».

Argent programmable, colonisation, guerre de brevets, commodité vs. souveraineté, crypto-yuan vs. dollar, monnaies de gros vs. monnaies de détail, ces prédictions seront présentées par Vincent Lorphelin, Michel Volle, Nathalie Janson et Pascal Ordonneau.

Nous argumentons, vous votez sur ces prédictions grâce au sondage en ligne, et pouvez poser vos questions dans l’onglet de discussion.

L’enregistrement débutera à 12h00, mais la salle sera ouverte à partir de 11h55 en cliquant sur ce lien https://us02web.zoom.us/j/81417095641