Résumé de la République des Entrepreneurs

De iconomie
Aller à : navigation, rechercher

La politique de l'innovation, désastreuse, révèle un manque de vision collective. Les experts sont démunis pour comprendre les transformations en cours.

Il faut revenir aux mécanismes micro-économiques de ces transformations, qui ne se résument ni à la numérisation des entreprises, ni à l'ubérisation ou aux systèmes collaboratifs. Tous ces phénomènes sont les conséquences d'un fait unique : la mutation de l'économie elle-même.

Il faut revenir sur deux cents ans d'économie pour constater que, depuis Malthus, l'économie a progressivement été identifiée à la monnaie alors que les anciens ne faisaient pas cet amalgame. Aujourd'hui, l'économie non marchande prend sa revanche. D'abord pressentie à travers les actifs immatériels, le travail gratuit, la consommation responsable, le besoin de sens social et environnemental du travail, elle se découvre dans toute sa diversité.

Uber révèle que la richesse relationnelle, notée par de simples étoiles, peut bousculer en quelques mois le marché des taxis, sclérosé depuis 50 ans. BlaBlaCar révèle la richesse sociale, AirBnB la richesse coopérative, le Huffington Post la richesse de la contribution.

Toutes ces ressources, jusqu'à présent invisibles, deviennent mesurables grâce à leur média numérique. Un nouveau continent économique se dessine, en début d'exploration par les entrepreneurs. Comme à l'époque des grandes explorations maritimes, le soutien sans faille de l'Etat en permettra la conquête organisée et bénéfique pour tous. Aujourd'hui, l'alliance par projet des entrepreneurs et de l'Etat doit fonder la République des Entrepreneurs.