Glossaire:téléphone intelligent

De iconomie
Aller à : navigation, rechercher

Jusqu'aux années 1990 le service téléphonique a été essentiellement rendu en France par des téléphones fixes utilisant la communication "filaire". Ce service procurait l'ubiquité au signal vocal, puisqu'il l'affranchissait des contraintes de la distance géographique, mais cette ubiquité était limitée car contrainte par la proximité d'un terminal téléphonique.

Les téléphones mobiles, auparavant lourds, très coûteux et donc réservés à un tout petit nombre d'utilisateurs, n'ont commencé à se diffuser largement qu'à partir de 1995 lorsque Bouygues Télécom a entrepris de concurrencer le duopole que formaient France Telecom et SFR. Ils ont procuré au signal vocal une ubiquité absolue (à l'exception des "zones blanches" du réseau), puisque l'utilisateur porte le téléphone mobile sur lui.

Le réseau de téléphonie mobile s'appuie sur un réseau d'antennes qui découpe le territoire en "cellules" reliées au réseau filaire. Il doit donc savoir rendre le service, dit "handover", de la continuité d'une conversation lorsque le mobile passe d'une cellule à l'autre.

Des appareils électroniques étaient par ailleurs offerts depuis longtemps pour véhiculer des alertes et des signaux simples (Pager, 1950), puis par la suite pour faciliter la prise de note et la tenue d'un agenda (PalmPilot, 1996). Puis ces fonctions ont été intégrées à un téléphone (Palm Treo, 2002) qui permettait de consulter le Web et des messages, ainsi que d'émettre et recevoir des SMS. Désormais muni de logiciels, le téléphone mobile était devenu "intelligent" (BlackBerry, 2002).

Cette évolution a atteint son sommet avec l'iPhone (2007) qui, étant muni d'un écran tactile, offrait toute sa surface à l'affichage et a défini la nouvelle norme de fait qui s'est bientôt imposée à ses concurrents. Les fonctionnalités se sont démultipliées : GPS, caméra, et surtout la panoplie sans limite assignable des applets dont l'offre a créé un nouveau marché. La tablette a offert un écran plus large, donc une interface plus lisible.

Dès lors c'est la ressource informatique qui se voyait dotée de l'ubiquité absolue : le téléphone mobile "intelligent" étant devenu un ordinateur, il n'était plus indispensable pour accéder à cette ressource d'être proche d'un ordinateur de bureau. Le corps humain lui-même se trouvait ainsi informatisé, d'autant plus que le téléphone mobile peut communiquer avec diverses prothèses (auditives, sportives, cardiologiques, etc.), souvent selon le protocole Bluetooth.

Cette innovation a permis le déploiement de services financiers dans les pays qui en étaient dépourvus, elle eu aussi quelques effets négatifs : on déplore le fait que certaines personnes passent tout leur temps les yeux rivés sur leur "smartphone".


Définition dans le JargonF