Glossaire:concurrence parfaite

De iconomie
Aller à : navigation, rechercher

Régime d'un marché où les entreprises peuvent entrer librement et où aucune d'elles n'est en mesure d'évincer les autres par une baisse du prix.

Il faut que les conditions suivantes soient respectées pour que le marché d'un produit puisse obéir à ce régime :

  1. le rendement d'échelle de la production du produit par une entreprise est d'abord croissant (le coût moyen de production c(q)/q diminue lorsque q augmente), puis il devient décroissant de telle sorte qu'il existe un volume de la production q* tel que le coût moyen soit minimal ;
  2. pour le prix p*=c(q*)/q*, la quantité D(p*) demandée sur le marché est beaucoup plus importante que q* ;
  3. l'entrée d'une nouvelle entreprise sur le marché est libre.

On démontre qu'alors à l'équilibre le prix est p*, chaque entreprise produit la quantité q* et le nombre des entreprises est n*=D(p*)/q*. Le profit de chaque entreprise est nul mais l'économie est efficace car le coût de production n*c(q*) de la branche d'activité est minimal. La simplicité de ce résultat théorique ne doit pas faire oublier la dynamique qu'introduisent les innovations de produit ou de procédé, et qui transforme les conditions de cet équilibre.

Les trois conditions ci-dessus sont restrictives : les marchés ne peuvent donc pas tous obéir au régime de la concurrence parfaite. Si la croissance du rendement d'échelle n'a pratiquement pas de limite, le marché obéit au régime du monopole naturel ou à celui de la concurrence monopolistique.

La concurrence parfaite a été le régime de référence du modèle néoclassique, qui a fourni une représentation à l'économie de la deuxième révolution industrielle (1875-1975) et fondé la théorie de l'équilibre général, construction intellectuelle fondée sur l'optimalité de la concurrence parfaite.

Cette théorie fournit aujourd'hui encore son socle à l'enseignement de la science économique. Cependant la généralisation du rendement d'échelle croissant, conséquence de l'informatisation et de l'automatisation, fait de la concurrence monopolistique le régime de référence de l'iconomie et frappe d'obsolescence les raisonnements et les politiques qui supposent la concurrence parfaite.