Discussion Glossaire:expérience

De iconomie
Aller à : navigation, rechercher

Évaluation par les pairs

Il me semble que "la publication dans des livres ou des articles" est un moyen, dont la fin est l'"évaluation par les pairs" qui, elle, "confère une autorité académique"(?). Natmaka (discussion) 4 septembre 2019 à 04:13 (CEST)

Réponse de Michel Volle :

Tu as raison, car le travail de l'expérimentateur est collectif.

Le problème réside en fait dans la différence qui existe entre chercheur et pédagogue.

Alors que le chercheur suit une démarche expérimentale, le pédagogue (dont toute l'"expérience" consiste en la lecture de textes) se donne pour mission de transmettre à ses étudiants les résultats de cette démarche, et non la démarche elle-même. La mention d'un fait que la théorie ignore intéressera un chercheur mais sera refusée par un pédagogue, car prendre un tel fait en compte compliquerait et dérangerait son enseignement.

Prenons un exemple. Les chercheurs qui ont mis au point la théorie de l'équilibre général (Walras, Pareto, etc.) ont conclu que le but de l'entreprise était de maximiser le profit, ce qui leur a permis de recourir au calcul différentiel pour bâtir un modèle schématique mais puissant.

L'expérience montre cependant qu'un entrepreneur a pour but de conserver l'indépendance de ses décisions et d'assurer la pérennité de l'entreprise : alors le profit n'est pas pour l'entreprise un but mais un moyen nécessaire, et il n'est plus question de le maximiser car l'entrepreneur doit arbitrer entre le profit et d'autres exigences (maintenance des équipements, formation des compétences, etc.).

Ce fait ne remet pas en question la valeur de la théorie de l'équilibre général mais il la relativise. Sa mention intéressera un chercheur car elle élargit la portée de son expérience, mais elle sera refusée par le pédagogue dont l'intellect s'est enfermé dans la lettre de cette théorie.

Lorsqu'on mentionne devant un pédagogue un fait qu'ignore la théorie à laquelle il adhère, il dit "dans quel livre, quel article, quel auteur avez vous trouvé ça ?" : il estime que l'"expérience personnelle ne vaut rien", que seul peut importer le texte imprimé, et refuse le témoignage qui rapporte un constat du terrain. C'est ainsi que des généraux ont perdu des guerres...

Le mode d'enseignement que tu exposes est sauf erreur plus fréquemment à l’œuvre en France (et dans d'autres zones culturelles pétries de mandarinat, et par le fait privilégiant la mémorisation de la théorie plutôt que la maîtrise pratique) qu'ailleurs. L'exposé de la "démarche", sur un plan historique plutôt qu'épistémologique donc rendant compte des errements (l'enseignant exposant les travaux qui menèrent à la théorie découverte et retenue, en un moyen d'explorer à la fois le domaine et le mode de raisonnement), a été voire est encore celui que privilégient d'autres cultures. Gustave Le Bon en avait voici plus d'un siècle rendu compte, pour le cas des USA, IIRC dans le livre II de Psychologie de l'éducation. L'enseignant adoptant cette approche s'en trouve peut-être moins peiné par un constat pertinent formulé mais non dûment étudié(?).
L'évaluation par les pairs augmente la probabilité de ne pas négliger un constat de ce genre si les évaluateurs ne sont plus des étudiants (soumis au seul "texte imprimé"), donc cherchent des axes/thèmes de recherche.
À mon sens aucun agent doué de raison ne poursuit que le profit immédiat. La quête d'un profit est à entendre non pas localement (l'entrepreneur souhaiterait ne se soucier que du prochain profit matérialisé, façon fly-by-night) mais globalement (il s'emploie à maximiser le cumul des profits). Afin de maximiser le profit cumulé il aura souci de préserver sa capacité à perdurer, à défaut desquels aucun profit n'est plus possible, et par conséquent son indépendance ainsi que la pérennité de l'entreprise). Même la théorie de l'équilibre général lui accorde celle de se projeter dans l'avenir, sans laquelle il ne pourrait méditer ses actions visant un profit (nécessairement ultérieur, si elles sont consécutives à son action). Son souci de préserver son indépendance comme son entreprise, couplé à sa capacité à prévoir, lève l'embarras. Le profit reste la fin, dont la préservation de l'indépendance de l'entrepreneur comme de l'entreprise sont autant de moyens. Je crois saisir que cette perception dynamique ne correspond pas au tableau (ou plutôt à l'instantané) dressé par la théorie de l'équilibre général, condition nécessaire aux calculs, qui me semble réducteur voire distorsif. Le peu d'adéquation d'une perspective limitée à la maximisation du prochain profit est en effet perceptible dans l'art militaire où, afin de gagner une guerre, on peut vouloir perdre une bataille de propos délibéré (y compris en un gambit décidé avant le combat plutôt qu'en un moyen de réduire les pertes immédiates lorsque les opérations prennent le tour d'une déconfiture) si cela enlise l'ennemi, dissipe trop de ses ressources... Natmaka (discussion) 4 septembre 2019 à 10:57 (CEST)

Réponses de Michel Volle :

1) J'ignore comment travaillent les pédagogues dans d'autres pays que le nôtre. L'enseignement que j'ai reçu était dogmatique, en particulier à l'X, et n'accordait aucune place à la démarche expérimentale ni à la situation historique à laquelle les travaux des chercheurs avaient voulu répondre.

2) Les "pairs" sont souvent sourds aux propos qui sortent des sentiers battus, ils les trouvent choquants. Il en existe qui apprécient la nouveauté, mais ils sont rares.

3) Tu as raison : "cette perception dynamique ne correspond pas au tableau (ou plutôt à l'instantané) dressé par la théorie de l'équilibre général". La "création de valeur pour l'actionnaire", la pression du résultat trimestriel, le conformisme qu'impose la sociologie du milieu des dirigeants, tout conspire aujourd'hui pour imposer une "maximisation du profit" à courte vue. Il est certain qu'une entreprise bien orientée sera finalement plus profitable qu'une autre ; mais la "bonne orientation" suppose, chez le dirigeant, une vigilance instinctive et des réflexions dont la complexité ne saurait se réduire à "maximiser le profit".